Le site institutionnel de la Fédération Nationale de la Pêche en France

Accéder au site

generationpeche.fr – Toute l’actu de la pêche en France

Accéder au site

Trouvez les informations pêche de votre département

Accéder au site

cartedepeche.fr - Le site officiel pour obtenir la carte de pêche de votre association agréée

Accéder au site
> > > Le Noireau - 2018

Le Noireau - 2018

Le Noireau, une rivière typiquement normande qui s'écoule entre l'Orne et le Calvados. Les truites et saumons sont les fidèles représentants de cette rivière.

Le Noireau - 2018

Pour cette première sortie à la découverte du territoire Ornais, nous vous emmenons sur les rives du Noireau. Rivière classée en première catégorie, le Noireau est un affluent de l’Orne long de 43 km. Il est pêchable sur la majeure partie de sa longueur et offre donc aux pêcheurs des profils variés allant du ruisseau à la grande rivière. Il s’écoule en formant de nombreux méandres dans le fond de prairies typiquement normandes. Il abrite une très jolie population de truites de 20 à 35cm avec quelques poissons trophées qui dépassent les 50cm.

Nous vous invitons à découvrir cette rivière de l’amont vers l’aval. Nous nous retrouvons sur la commune de Montsecret au bar « le coup d’pouce », dépositaire de cartes de pêche. Sont présents pour l’occasion, Benjamin et Alexis de la fédération de pêche, Romain notre réalisateur, Guy (le local de l’étape) et moi-même. Nous débutons au lieu-dit le Moulin sur la commune de Tinchebray-Bocage (61800) secteur de l’AAPMA Tinchebray (EHGO). La rivière mesure environ 4m et offre de nombreux méandres bordés d’aulnes. La profondeur varie de 10cm à plus d’un mètre dans les méandres les plus marqués. Benjamin et Guy commencent au toc tandis qu’avec Alexis nous prenons l’option de pêcher au leurre. L’équipe des « toceurs » prend de suite deux truites d’une vingtaine de centimètres et ensuite plus rien. Alexis parvient à prendre une petite truite et deux perches sur un poisson nageur fluo. Les eaux encore hautes et froides cumulées au vent d’est ne semblent pas jouer en notre faveur en ce début de matinée. Le parcours est magnifique mais la présence de barbelés sur le bord et des nombreux arbres ne facilitent pas toujours la prospection. A partir du 1er mai la pêche dans l’eau permettra de se faire plaisir au lancer léger. Avant cette période, la pêche au toc et au vairon avec une canne assez longue permettent d’exploiter d’avantage de postes. Au leurre une certaine maîtrise du lancer est exigée.

Nous nous rendons un peu plus en aval, toujours sur l’AAPPMA de Tinchebray (EHGO) au lieudit la Fontaine de Santé sur la commune de Cerisy Belle Etoile (61100). La rivière s’écoule ici rapidement, enchâssée entre le Mont de Cerisy et un escarpement rocheux. La rivière d’environ 8m au plus large diminue régulièrement pour alimenter d’anciens biefs de moulin. On retrouve souvent ce phénomène sur toute la partie amont cette rivière. Nous allons commencer rive gauche pour passer ensuite rive droite dans le bois, propriété du Conseil Général de l’Orne. Guy va se faire casser au toc par un très joli poisson que nous ne verrons pas mais qu’il va tenir un moment. Une ou deux autres truitelles vont se laisser tenter par nos esches ou nos leurres mais sans que nous parvenions à trouver ce qu’elles veulent réellement. Le cadre est vraiment magnifique et je retournerai voir ce secteur dans un mois avec de petits leurres.

Après le repas, nous prenons les voitures direction les Vaux sur la commune de Saint Pierre d’Entremont (61800), et nous passons sur un secteur géré par l’AAPPMA de Flers (EHGO). La rivière, large d’environ 6m s’écoule assez rapidement sur de jolis radiers avec des méandres un peu moins marqués. Nous pêchons rive gauche, celle de droite étant privée. Je suis passé au toc et Guy au leurre. Nous pêchons tous ensembles. Ce parcours a été « entretenu » il y a deux ans, la prospection y est plus facile que sur le précédent. Une jolie éclosion met les poissons en activité. Pendant 30 minutes nous allons toucher des poissons sur chaque poste. Des truites, des truitelles et également quelques tacons (jeunes saumons). En effet depuis l’arasement des barrages sur l’Orne, les saumons sont de plus en plus nombreux à remonter sur le Noireau et ses affluents. Ce pic d’activité nous donne une idée de la densité de poissons et nous ne pouvons que regretter ce printemps tardif. Guy pêche régulièrement le Noireau à cette période en noyée ou en sèche. Cette année, la canne à mouche n’a pas encore servie…

Nous reprenons ensuite les véhicules pour redescendre en aval de la confluence avec la Vère, une autre rivière emblématique de la Suisse Normande. Direction le lieu-dit « la Rivière » sur la commune de Cahan (61430) géré par l’AAPPMA La Vallée du Noireau (EHGO). On passe ici dans une autre catégorie. Le Noireau fait ici une douzaine de mètres de largeur avec des profondeurs qui dépassent fréquemment 1,5m. Nous débutons la pêche en aval du pont rive droite. Une grande prairie permet d’accéder facilement à la majorité des postes. Je connais un peu ce secteur pour le pratiquer régulièrement en noyée. Le moins que l’on puisse dire c’est qu’il est compliqué quand les eaux sont hautes. C’est ce que nous avons constaté une fois de plus. Alexis perd un poisson de plus de 30cm sur un poisson nageur très dense et Benjamin prend deux truites dans la même veine d’eau au toc et ensuite plus rien. C’est vraiment une des spécificités du Noireau, c’est un peu du tout ou rien ! Si vous tombez la bonne journée laissez-vous surprendre par le nombre des truites. Sur ce même secteur, j’ai des souvenirs de parties de pêche à ne prendre que quelques truitelles et des tacons et la fois suivante de me retrouver pendu avec un poisson correct sur mon train de mouche un lancer sur deux.

Si vous chercher une rivière qui s’écoule dans le fond d’une vallée relativement préservée avec un large panel de profils, tenter une fois de découvrir une partie du Noireau, vous ne serez pas déçu.

Le matériel à prévoir :

Pour le toc : une canne de 3,90m type anglaise est parfaite les bas de ligne en 14 ou 16centièmes sont parfaits.

Aux leurres : une canne de 1,8m à 2m en 2-8gr est parfaite si vous pratiquez les pieds dans l’eau. Dans le cas contraire une canne de 2,4 à 3m légèrement plus puissante est plus indiquée. Le moulinet sera garni en nylon 16 ou 18centièmes. Des petits poissons nageurs de 3 à 5cm coulants et suspending ainsi que des cuillères tournantes n°0 ou 1 font parfaitement l’affaire pour la partie amont. Sur la partie basse vous pouvez augmenter vos diamètres de fils et la taille des leurres. Les couleurs dorées et cuivrées ont ma préférence.

Pour le vairon une canne de 3m en 5-15gr fait parfaitement l’affaire. Un nylon en 18 ou 20centièmes est conseillé.

A la mouche une 10 pieds soie de 4 est idéale sur la partie basse et une 8,6pieds préférable sur la partie amont.

Les infos pratiques :

Quelle que soit la partie prospectée un wadders est vivement conseillé pour progresser dans la rivière. Faîtes attention en aval de Condé sur Noireau le fond est extrêmement glissant.

Les dépositaires de cartes de pêche sur le secteur :

Le pôle culturel « mediatech » et le bar/restaurant à Tinchebray.

La boulangerie à Berjou

L’office de tourisme et le Décathlon de flers.

Lien vers le reportage vidéo :